« J’ai eu envie hier soir, au détour d’une petite polémique sur les réseaux sociaux, d’écrire un mot afin de dire pourquoi en tant que femme je m’étais engagée avec Jean-Marc Peillex.  Je me suis dit au départ que cela pourrait sembler inopportun mais, au final, je pense qu’il est bon de sortir des coups de tchat belliqueux pour rétablir les choses, les faits, les clichés et les rumeurs. Un peu d’empathie manifestée et assumée et de sincérité, ça fait du bien aussi, non ?  

La présence des femmes dans les sphères dites politiques, même à petite échelle, est loin d’être une évidence et n’est pas un processus naturel. Le fait que la parité ait été instaurée n’est pas forcément le signe d’une égalité et on peut parfois supposer qu’on nous a choisies, nous les femmes, pour faire tapisserie ou servir le thé dans les réunions. Moi, d’abord, je ne sers que du vin et je suis allergique aux acariens et donc aux tapisseries !

Ce n’est pas Jean-Marc Peillex qui m’a demandé de le rejoindre pour un nouveau mandat. Non. C’est moi qui suis allée le trouver parce que j’avais envie de les accompagner, lui et son équipe, parce que j’avais envie de les aider avec mes petits moyens et mes petites idées, parce que je savais que je serais écoutée et entendue, parce que des sortantes admirables avaient eu l’occasion de réaliser un travail avec leur talent féminin, parce que Jean-Marc leur avait donné la possibilité de le faire.

J’adore les hommes autant que les autres mais l’entre-soi masculin m’a toujours consternée et n’est que le reflet d’une démocratie défaillante. Non pas que nous, les femmes, soyons meilleures –quoi que !!- mais parce que c’est l’ensemble de voix qui ne soient pas assignées à un sexe, à un statut, une naissance, une « race », qui, me semble-t-il, fait la force de la vie de la cité. Les femmes qui ont soutenu Jean-Marc et celles qui ont choisi de continuer à ses côtés m’ont donné à voir que nous étions tout aussi importantes que les voix masculines pour Jean-Marc, quoi que l’on en dise… à tort. »

Corinne Lecorchey-Decarroz